Katia, femme au foyer salope trompe son mari dans la cuisine

Katia se faisait manifestement chier à la maison à couper des carottes. Toute la journée, ça se résume à faire à bouffer pour sa famille. Cette femme au foyer a pourtant des fantasmes que son commercial de mari n’est pas prêt de vouloir réaliser. Ainsi, notre salope a fait appel à Jacquie et Michel. Rien que pour ses gros seins de rousse, Katia aura Max Casanova et son pote renoi pour lui peloter les seins.

Alors qu’elle s’active à la cuisine, le black passe par derrière et lui prend ses gros seins. Notre femme au foyer salope toute grassouillette est un peu gênée au début. Mais elle se laissera vite faire et on va s’amuser à faire de la branlette espagnole avec une carotte. Trève de plaisanterie, après avoir fisté sa chatte avec un sextoy végétal orange, Katia prend la grosse bite du rebeu en bouche. Par derrière, le renoi vient doigter la chatte qui commence à être humide. Il lui plante sa bite en levrette et envoie de grosses pénétrations. Ca claque sur son cul, ses fesses en rougissent et elle a ainsi du mal à bien sucer Max.

On tente la sodomie et la double pénétration dans le salon

Après s’être démonté la chatte dans la cuisine, entre la gazinière et la cuisinière, Katia demande un peu de répit. La femme au foyer salope est en nage et peine à récupérer son souffle. La baise est super bonne mais vu qu’elle veut tenter la sodomie et la double pénétration, ils seraient peut-être tous plus à l’aise dans le salon. C’est ainsi Max Casanova qui va ouvrir le bal et surtout écarter la rondelle de notre maman. Il embroche l’anus de Katia et elle commence immédiatement à grimacer. Il faut dire que notre rebeu a un gros mandrin. Mais Katia la gourmande ne sera pas au bout de ses peines lorsque le renoi vient enfiler sa chatte. Bang, la double pénétration peut démarrer. Le voisinage va en entendre sur tout l’étage tant notre femme au foyer va hurler. C’est à la fois bon et douloureux et c’est pour cela que cette française grassouillette avait voulu tenter le diable. Au final, se faire péter les deux trous, ça valait le coup. Merci Jacquie et Michel.